Actualités & Évènements

3 questions au Président de l’AOP

A l’occasion de la sortie du nouveau cahier des charges de l’AOP Bleu d’Auvergne, Jean-Michel Vigier répond à quelques questions.

Publié le
3 questions au Président de l’AOP

A l’occasion de la sortie du nouveau cahier des charges de l’AOP Bleu d’Auvergne, Jean-Michel Vigier, Président de l’AOP Bleu d’Auvergne répond à quelques questions : 

Pourquoi un nouveau cahier des charges ?

Le cahier des charges est un outil permettant de protéger une filière, de préciser des pratiques en lien avec les caractéristiques de son territoire et de son histoire, mais il doit aussi permettre de répondre aux demandes des consommateurs, nos clients ! Ces derniers sont en effet particulièrement sensibles à l’origine du produit, son mode de fabrication, le bien-être animal et la traçabilité. C’est donc en répondant à leurs interrogations tout en nous adaptant au territoire que nous pourrons travailler au développement du Bleu d’Auvergne, de son image et surtout de sa valeur pour que tous les acteurs puissent demain mieux vivre de leur travail !Il faut savoir qu’un changement de cahier des charges et notamment une modification de zone de production est un travail très lourd et très long (plus de 15 ans) pour une filière et qui remet profondément en cause le fonctionnement de tous les acteurs, qu’ils soient producteurs de lait ou transformateurs.

Quelles sont les mesures phares ?

Nous avons essentiellement travaillé sur 2 angles.
D’une part, sur le renforcement des conditions de production en renforçant le pâturage (minimum de 150 jours et des surfaces minimums imposées), en garantissant l’autonomie fourragère pour le troupeau laitier, en limitant la quantité de concentré et en interdisant des aliments contestés (tels que OGM, huile de palme, arômes et colorants). Le tout en renforçant la traçabilité et en précisant les règles de transformation.
Et d’autre part en redéfinissant la zone de production de l’AOP. Nous avons en effet recentré la zone de production sur la zone de montagne, ainsi nous avons réduit de près de 50 % la surface de l’aire de production.

Quel est l’impact de ce nouveau cahier des charges pour les opérateurs ?

Dans le cadre des réflexions sur l’aire de production, il a été tenu compte de l’existant et surtout de l’antériorité des pratiques par rapport au Bleu d’Auvergne. Il faut savoir qu’en raison de la taille importante de l’ancienne zone, le lait de tous les producteurs habilités n’était pas transformé en Bleu d’Auvergne ! Ainsi dans la plupart des cas, les producteurs qui vont sortir de l’AOP n’étaient déjà pas valorisés par l’AOP. Notre principal objectif en resserrant la zone est d’utiliser à maxima le lait de la zone pour le transformer en AOP Bleu d’Auvergne et ainsi mieux valoriser le lait des producteurs.

Pour effectuer une recherche, saisissez votre mot-clé et validez.

amet, in consequat. ut ut ultricies nunc libero Aliquam massa leo